Zumarraga – Ezkontza (1892)

Iturria: Figures et choses qui passaient (Ed. Calmann Lévy, Paris, 1898)
Pierre Loti (1850-1923)
A LOYOLA. 59. orr.

Temps tiède de l’automne méridional, avec partout la mélancolie des feuilles rousses. Inevitablement cela est triste, d’ètre à errer, à la tombée d’un crépuscule d’comence à gémir, et un tambourin l’accompagne sur un rythme saccadé un peu arabe. Cela se rapproche; c’est une noce qui nous arrive, oh! une bien humble petite noce, défilant très vite, courant presque, au son de cette musique.
Sur la place, le petit cortege s’arrète, pour danser, dans les envolées de feuilles mortes que le vent soulève. Ils sont une quinzaine en tout, et il n’y a d’abord que nous deux pour les regarder. La mariée, très jeune et jolie, est la seule qui porte un costume au goüt du jour: les manches à gigot et la jupe 1830 qui sont la dernière création de 1892. Le tambourin et la flute leur jouent un air rapide et sauvage, un de ces airs basques à cinq temps qui déconcertent toutes nos notions sur les rythmes, et i Is commencent tous ensemble une danse extrèmement compliquée, mèlée de sauts et de cris, — une très vieille danse dont la tradition sera bientót perdue. (…)
Et, dans la rue, des paysans, pour regarder aussi, arrètent leurs lourds chariots à boeufs qui passaient, en roulant bruyamment sur des disques de bois plein, comme des chars antiques..

Deskargatu Faksimila PDF euskarrian

Egilea: Pierre Loti (1850-1923)
Data: 25/10/1892