Isturitze – Eden (1892)

Iturria: Figures et choses qui passaient (Ed. Calmann Lévy, Paris, 1898)
Pierre Loti (1850-1923)
LA GROTTE D’ISTURITZ. 100. orr.

Ailleurs, enfin, c’est la région des grosses formes animales arrondies et molles : en tassements de trompes et d’oreilles d’éléphants, monceaux de larves, d’embryons humains à tetes énormes sans yeux, tout le déchet d’on ne sait quels enfantements n’ayant pas pu prendre vie… Et toujours ces ètres isolés, séparés de la masse confuse des germes, assis n’importe où, membres ballants et oreilles pendantes. (…)
Alors on reste confondu devant la raison des choses, devant l’énigme des formes, devant le pourquoi de cette magnificence étrange, édifiée dans le silence et les tenebres, sans but, au hasard, à force de centaines et de milliers d’années, par d’imperceptibles suintements de pierres.
Au sortir de la grotte, c’est une impression joyeuse que de retrouver l’air pur et chaud du dehors, la verdure des chènes, les grands horizons boisés, la lumière et l’espace; au lieu de l’humidité sépulcrale d’en dessous, la bonne senteur saine des menthes et des oeillets sauvages; au lieu de la chute goutte à goutte des eaux mortes, dans le silence d’en bas, le bruit gai des torrents, qui sont des eaux vivantes, et, dans le lointain, les clochettes des troupeaux qui rentrent des champs. Pour un instant furtif, on est tout à Tivresse de respirer et de voir, et le pays d’alentour, si tranquille et. si vert, semble un Éden…

Deskargatu Faksimila PDF euskarrian

Egilea: Pierre Loti (1850-1923)
Data: 22/11/1892